Concours #RéduireLaPauvreté au Canada

** Fermé **

Merci à tous ceux qui nous ont soumis leurs idées créatives afin de nous aider à #RéduireLaPauvreté au Canada!

Félicitations aux jeunes dont les soumissions ont été sélectionnées pour le concours #RéduireLaPauvreté au Canada!


Ces jeunes ont eu l’occasion de présenter leurs idées à la conférence nationale sur la réduction de la pauvreté le 28 septembre 2017. Vous pouvez voir les soumissions sélectionnées ici-bas.


Nous remercierions tous ceux et celles qui ont pris le temps de nous envoyer leurs idées novatrices pour améliorer nos collectivités.

Félicitations aux jeunes dont les soumissions ont été sélectionnées pour le concours #RéduireLaPauvreté au Canada!


Ces jeunes ont eu l’occasion de présenter leurs idées à la conférence nationale sur la réduction de la pauvreté le 28 septembre 2017. Vous pouvez voir les soumissions sélectionnées ici-bas.


Nous remercierions tous ceux et celles qui ont pris le temps de nous envoyer leurs idées novatrices pour améliorer nos collectivités.

** Fermé **

Merci à tous ceux qui nous ont soumis leurs idées créatives afin de nous aider à #RéduireLaPauvreté au Canada!
  • La solution : travailler ensemble

    il y a environ 20 heures

    Par Donia Arfaoui
    Catégorie: 18 à 24 ans


    Notre pays fonde tous ses espoirs sur les jeunes, mais cela ne veut pas dire qu’il exclut les moins jeunes bien au contraire parce que c’est eux qui ont l’expérience et c’est eux qui vont nous former nous les jeunes pour continuer ce qu’ils ont commencés, car eux aussi ont continué ce que leurs prédécesseurs avaient commencé. C’est en travaillant tous ensemble que nous pourrons élaborer une solution efficace pour réduire la pauvreté au Canada, les jeunes ainsi que les moins jeunes doivent travailler de concert pour réduire ce fléau.... Poursuivre la lecture

    Par Donia Arfaoui
    Catégorie: 18 à 24 ans


    Notre pays fonde tous ses espoirs sur les jeunes, mais cela ne veut pas dire qu’il exclut les moins jeunes bien au contraire parce que c’est eux qui ont l’expérience et c’est eux qui vont nous former nous les jeunes pour continuer ce qu’ils ont commencés, car eux aussi ont continué ce que leurs prédécesseurs avaient commencé. C’est en travaillant tous ensemble que nous pourrons élaborer une solution efficace pour réduire la pauvreté au Canada, les jeunes ainsi que les moins jeunes doivent travailler de concert pour réduire ce fléau. Ainsi, le plan que je propose pour réduire la pauvreté au Canada fait appel à la contribution de toutes les générations qui composent notre pays et se divise en trois volets. Premièrement, il faut conscientiser les jeunes, pour cela je propose qu’il y ait des conférences interactives et des ateliers de conscientisation dans les écoles de partout à travers le canada pour responsabiliser les jeunes. Il faut que ceux-ci comprennent que la passion et la motivation de s’en sortir doivent venir d’eux-mêmes. En effet, il faut surtout que les jeunes réalisent leur plein potentiel, car lorsqu’ils croient en eux-mêmes ils ont la capacité et la volonté de se sortir de la pauvreté. Deuxièmement, il faut former et donner de l’expérience de travail aux jeunes. Ainsi, il faudrait offrir des stages rémunérés aux jeunes peu importe leur passé ou leur présent afin de leur offrir un meilleur avenir. Plusieurs jeunes ont peur de chercher un travail parce qu’ils ont eu dans leur vie personnelle des évènements qui les ont beaucoup affectés que ce soit physiquement ou psychologiquement ainsi ils craignent que ces évènements ou leurs séquelles nuisent à leur embauche. Si nous donnons plus d’occasion aux jeunes d’apprendre et d’avoir des expériences en milieux de travail alors la pauvreté pourra diminuée puisque les jeunes sont l’avenir de notre pays. Troisièmement, il faut reconnaître les diplômes des immigrants. En effet, lors de leur arrivée au canada plusieurs immigrants ne peuvent plus exercer le métier qu’ils faisaient dans leurs pays, car on ne reconnaît pas leurs diplômes. Ces immigrants doivent alors refaire une longue formation ou refaire complètement leurs études, mais n’ayant pas le temps et l’argent pour le faire ils exercent des métiers pas très payant et vivent dans des quartiers pauvres. Ainsi, pour remédier à cette situation il faudrait reconnaître leurs diplômes ou leurs équivalences pour ainsi réduire le temps et le coût de leur formation ce qui leurs permettra de gagner un meilleur salaire et de réduire la pauvreté au Canada. En terminant, pour réduire la pauvreté au Canada nous devons tous travailler ensemble et croire au potentiel de chacun d’entre nous.

  • Les centres d’aide

    il y a environ 20 heures

    Par Ritika Arora
    Catégorie: 18 à 24 ans

    Regardez le Prezi!
    (En anglais seulement)


    Texte de la présentation:
    (Texte original anglais)

    La pauvreté au Canada

    • Aucune définition officielle ou absolue
    • Détectée par des indicateurs comme un faible revenu, l’incapacité de répondre aux besoins primaires, etc.
    • Varie d’une personne à l’autre (p. ex. certaines personnes se trouvent à un niveau de pauvreté plus grave que d’autres)
    • Des groupes ou segments de la population sont plus à risque de vivre dans la pauvreté
    • Donne lieu à tout un éventail de problèmes de santé physique ou mentale
    • Complexe et variée


    L’idée

    Par Ritika Arora
    Catégorie: 18 à 24 ans

    Regardez le Prezi!
    (En anglais seulement)


    Texte de la présentation:
    (Texte original anglais)

    La pauvreté au Canada

    • Aucune définition officielle ou absolue
    • Détectée par des indicateurs comme un faible revenu, l’incapacité de répondre aux besoins primaires, etc.
    • Varie d’une personne à l’autre (p. ex. certaines personnes se trouvent à un niveau de pauvreté plus grave que d’autres)
    • Des groupes ou segments de la population sont plus à risque de vivre dans la pauvreté
    • Donne lieu à tout un éventail de problèmes de santé physique ou mentale
    • Complexe et variée


    L’idée

    • Mettre sur pied des centres multifonctionnels qui répondent aux déterminants socioéconomiques spécifiques de la santé dans diverses collectivités très touchées par la pauvreté
    • Mettre en œuvre des initiatives locales pour défendre les intérêts
    • Donner des séances d’information à petite échelle dans les centres communautaires et les bibliothèques


    Que sont les centres d’aide?

    • Des établissements qui offrent une variété de services de soins de santé, qui proposent des programmes éducatifs sur place, des programmes d’emploi et de l’aide au logement, et qui accueillent des groupes de soutien spécialisés (p. ex. des programmes d’aide aux victimes d’abus ou de négligence, des services de réhabilitation, du soutien pour la communauté LGBTQ, etc.)
    • Des établissements qui permettent aux personnes vivant dans la pauvreté de répondre à tous leurs besoins en un seul endroit.
    • Chaque centre d’aide serait conçu spécifiquement pour la collectivité avoisinante, afin d’offrir un soutien adapté aux collectivités autochtones et aux diverses minorités ethniques. Cela serait rendu possible grâce à une formation de jeunes travailleurs axée sur la culture et l’intégration de pratiques spirituelles et traditionnelles (p. ex. les huttes de sudation qui visent à faciliter le bien-être et la guérison).
    • Un centre de santé/centre communautaire voué uniquement à aider la population peut aussi favoriser un sens de la collectivité et de soutien communautaire, qui peut réduire la stigmatisation et les effets psychologiques négatifs communs chez les personnes touchées par la pauvreté.


    Les faits

    • Covenant House Toronto (CHT) est la plus importante organisation pour jeunes sans-abri au Canada
    • Elle offre un soutien tout-en-un à près de 250 jeunes par jour (`semblable à ce qu’offriraient les centres d’aides proposés)
    • 80 % du budget d’opérations provient de donateurs, ce qui prouve la faisabilité des centres d’aide proposés
    • En savoir plus : http://home.blnkpage.org/health-science/tackling-homelessness-health-roots/
      (En anglais seulement)
    • De plus, la stratégie nationale de réduction de la pauvreté devrait refléter dans une certaine mesure le travail de la CHT, puisqu’elle a été très efficace pour alléger globalement les facteurs de stress des jeunes sans-abri.


    La défense des droits

    • Sensibiliser la population aux réalités de ceux qui vivent dans la pauvreté, afin de réduire la stigmatisation et l’attitude ou les comportements nuisibles envers ces personnes.
    • Des événements extérieurs à l’échelle locale, comme des courses ou marches, ou une activité de vol de cerfs-volants sont très efficaces pour rassembler les membres de la collectivité pour soutenir une cause précise.
    • Leur capacité à mobiliser un grand nombre de membres de la collectivité peut aussi être utilisée pour stimuler le sociofinancement des centres d’aide.


    Les autres programmes

    • Des programmes communautaires à petite échelle comme des ateliers, des séances d’information et des cercles de discussion.
    • Actuellement, il y a un manque de connaissances générales au sujet des outils, des ressources et des réseaux de soutien pour les personnes à risque de basculer dans la pauvreté
    • Des activités ponctuelles organisées par les bibliothèques locales et les centres communautaires qui permettraient à ces personnes d’acquérir les ressources, les connaissances et le soutien nécessaires de la part de professionnels et d’experts du domaine.
    • Exemples de thèmes d’atelier : services d’emploi, aide au logement, programmes d’investissement


    En résumé, la stratégie nationale de réduction de la pauvreté devrait inclure les éléments suivants :

    • Des centres d’aide pour les personnes qui vivent dans la pauvreté
    • La défense des droits pour sensibiliser la population à la pauvreté
    • Des programmes supplémentaires pour les personnes qui sont à risque de vivre dans la pauvreté

  • Paroles de sagesse (Mettre fin à la pauvreté)

    il y a environ 20 heures

    Par Cheyenne Hardy
    Catégorie: 12 à 17 ans

    (Texte original anglais)

    Une fois, lorsque j’étais petite,
    J’ai entendu ma mère énoncer,
    « Si tu donnes un poisson à un homme,
    Il aura à manger pour une autre journée.

    Mais si tu ENSEIGNES à cet homme comment pêcher,
    La faim sera pour lui chose du passé. »
    Une de telles paroles de sagesse prononcées,
    Pourquoi y a-t-il encore des pauvres? me suis-je souvent demandé.

    Je suis bénévole à la banque alimentaire,
    Toutes les semaines, nous ouvrons sans pause,
    Nos clients viennent pour de la nourriture et des vêtements,
    À... Poursuivre la lecture

    Par Cheyenne Hardy
    Catégorie: 12 à 17 ans

    (Texte original anglais)

    Une fois, lorsque j’étais petite,
    J’ai entendu ma mère énoncer,
    « Si tu donnes un poisson à un homme,
    Il aura à manger pour une autre journée.

    Mais si tu ENSEIGNES à cet homme comment pêcher,
    La faim sera pour lui chose du passé. »
    Une de telles paroles de sagesse prononcées,
    Pourquoi y a-t-il encore des pauvres? me suis-je souvent demandé.

    Je suis bénévole à la banque alimentaire,
    Toutes les semaines, nous ouvrons sans pause,
    Nos clients viennent pour de la nourriture et des vêtements,
    À moins qu’ils ne cherchent autre chose?

    Peut-être cherchent-ils une solution?
    Pour que le cycle de la pauvreté soit détruit.
    Chaque semaine, nous faisons la même chose, encore et encore,
    N’est-ce pas là la définition de la folie?

    Lorsqu’une personne vit dans la pauvreté,
    Il arrive souvent qu'elle n'ait pas la santé.
    Une mauvaise santé fait qu’on ne peut étudier,
    Sans éducation, pas de prospérité.
    Tout est relié dans la vie.
    Petit salaire, pas de transport, pas de travail, bien entendu.
    Un seul incident peut faire dérailler le train,
    La maladie, une blessure et le bon plan n’est plus.

    La pauvreté, c’est prendre des décisions ardues.
    Faire l’épicerie ou payer le loyer?
    Acheter des médicaments, payer la facture d’électricité?
    De l’argent, il n’y en a déjà plus.

    La pauvreté est un enjeu complexe.
    Il nous touche de différentes façons et à différents degrés
    De nature multidimensionnelle
    Elle affecte la force de nos collectivités.

    Gouvernements, écoutez bien.
    Il est temps que tout le monde y mette du sien.
    Parce que la réduction de la pauvreté et la croissance économique
    Vont de pair, en toute logique.

    Canada, nous pouvons faire mieux.
    Travaillons main dans la main.
    Nos dirigeants, nos citoyens, les riches et les pauvres
    Il est temps de prendre les grands moyens.
    Ensemble, nous pouvons restaurer l’espoir,
    Mais l’UNITÉ est essentielle.
    Ensemble, nous pouvons faire en sorte que tous les Canadiens
    Aient la possibilité d’atteindre leur plein potentiel.

    Commençons par l’éducation et un logement sécuritaire,
    Peut-être un meilleur salaire et des services de garde moins chers?
    Arrêtons de nous attaquer aux symptômes de la pauvreté,
    Trouvons plutôt le moyen de l’enrayer.

    Cela me ramène à ce que ma mère disait,
    Parce qu’en fait, c’est ce que je voudrais.
    Arrêtons de nourrir ceux qui ont faim pour une journée,
    Et enseignons plutôt à notre pays à pêcher.


  • Que la pauvreté disparaisse

    il y a environ 20 heures

    Par Mehr Saini
    Catégorie: 12 à 17 ans

    Regardez la vidéo!




    Par Mehr Saini
    Catégorie: 12 à 17 ans

    Regardez la vidéo!




  • Nous POUVONS éliminer la pauvreté!

    il y a environ 20 heures

    Par Seanna Strassburger
    Catégorie: 12 à 17 ans

    (Texte original anglais)

    Selon moi, le gouvernement devrait offrir un logement sécuritaire et gratuit aux familles canadiennes admissibles. Ce logement peut être une maison communale, où les familles ont leur propre espace, mais où la cuisine et les aires communes sont pour tout le monde. Cela serait avantageux pour les familles touchées sous plusieurs aspects. Principalement, un tel logement permettrait de renouveler le sens du voisinage et de la collectivité. Tout le monde vivant dans le logement devrait contribuer au bon fonctionnement et utiliser ses compétences pour aider les autres si possible.... Poursuivre la lecture

    Par Seanna Strassburger
    Catégorie: 12 à 17 ans

    (Texte original anglais)

    Selon moi, le gouvernement devrait offrir un logement sécuritaire et gratuit aux familles canadiennes admissibles. Ce logement peut être une maison communale, où les familles ont leur propre espace, mais où la cuisine et les aires communes sont pour tout le monde. Cela serait avantageux pour les familles touchées sous plusieurs aspects. Principalement, un tel logement permettrait de renouveler le sens du voisinage et de la collectivité. Tout le monde vivant dans le logement devrait contribuer au bon fonctionnement et utiliser ses compétences pour aider les autres si possible. Dans les aires communes, les résidents pourraient enseigner et transmettre leurs compétences aux autres, qu’il s’agisse de connaissances en cuisine, en entretien ménager ou en bricolage pour maintenir le logement en bon état, de travaux dans la cour, de covoiturage, etc.

    Ce logement devrait être gratuit pour les familles dont le revenu est inférieur à un certain seuil. Lorsque la situation financière de ces familles deviendrait stable et s’améliorerait, leur loyer passerait à l’étape suivante : le loyer établi en fonction du revenu. Et lorsque les familles feraient assez d’argent et ne seraient plus admissibles au loyer établi en fonction du revenu, elles passeraient au loyer du marché. Ce programme vise à donner aux familles aux prises avec des problèmes financiers un logement sûr et sécuritaire pendant qu’elles redressent les autres problèmes afin de se sortir de la pauvreté.

    Le but est de faire en sorte que les personnes qui ont très peu d’argent puissent utiliser l'espace pour suivre des formations, retourner aux études ou répondre aux besoins de leur famille. En éliminant ou en réduisant le coût du logement, ces familles auront la possibilité de travailler et d’utiliser leur revenu pour se procurer des services nécessaires pour améliorer leur qualité de vie : de meilleurs aliments, une meilleure éducation, un meilleur accès aux soins de santé et la possibilité d’épargner. Mon espoir est que les enfants grandissent en voyant des membres de leur famille ou de leur collectivité réussir et qu’ils choisissent d’améliorer leurs propres chances de carrière en ayant de bonnes notes à l’école et en faisant des études supérieures. Avec un peu de chance, ils briseront le cycle de toutes ces générations qui ont compté sur l’aide sociale. Ces jeunes seraient aussi plus proactifs en ce qui concerne leur santé et celle des autres, créant ainsi une population en meilleure santé, ce qui allègera par la suite le fardeau du coût des soins de santé pour le gouvernement.

    Si tous les Canadiens avaient accès à un logement abordable ou gratuit, la pauvreté diminuerait, ce qui créerait indirectement un environnement plus sécuritaire. Il existe un lien direct entre la pauvreté et un taux élevé d’incarcération, qui coûte aux contribuables et au gouvernement une somme considérable chaque année.

    Il y aurait une diminution des paiements en aide sociale. On estime à 720 millions de dollars par année la valeur financière de cette aide à l’échelon provincial.

    Cette idée ne serait pas bon marché. Elle exigerait du gouvernement beaucoup d’argent pour commencer et les impôts augmenteraient, mais en fin de compte, le gouvernement économiserait sur les coûts liés notamment à l‘aide sociale, aux soins de santé, aux faillites, etc. Une fois les immeubles payés, les résidents s’occuperaient de les entretenir, et les dépenses payées par les contribuables diminueraient; les impôts pourraient même être moins élevés.